Êtes-vous timide ou introverti ?

Comment savoir si l’on est introverti ou timide ?

Introverti
Êtes-vous timide ou introverti ?

Une des grandes questions que l’on aborde lorsque l’on se découvre introverti est : suis-je également timide ?

Contrairement à ce que beaucoup pensent… Non être introverti ne veut pas forcement dire être timide !

Les deux caractéristiques ne vont pas de paires.

Il n’y a qu’à faire un tour dans le dictionnaire (Google en papier 😉) pour s’en rendre compte. Ce sont deux mots avec des définitions bien différentes.

Comme je l’ai déjà abordé sur le blog, être introverti veut dire que l’on a une capacité limitée à échanger avec autrui et qu’il nous sera nécessaire de nous ressourcer après chacun de ses échanges. Celà vide nos batterie !!! Comment savoir si vous êtes introverti ?

Être timide est synonyme de peur, d’anxiété lors de nos contacts. Cette peur peut aller jusqu’à la phobie sociale et au repliement sur soi-même !

On peut très bien avoir un fonctionnement introverti et n’avoir aucune peur à aborder les gens !

De nombreuse personnes qui paraissent très à l’aise en société sont introverties !

Les stars introverties et/ timide !

Parmi ces personnalités introverties à l’aise en société (donc des introvertis non timides), on retrouve des personnes très connues !

Parmi ces exemples, on note Bill Gates qui est un grand introverti.

Il est calme, tourné vers la lecture… et pourtant il est insensible aux critiques et à l’aise dans ses discours ! Dès lors on ne peut pas le qualifier de timide…

Également à citer : B. Obama, Tom Hanks, J.K. Rowling … les exemples ne manquent pas.

A contrario il existe des personnalités introverties et timides :

Par exemple, Emma Watson et même Lady Gaga qui se considèrent comme timide / mal à l’aise en société.

Emma watson – introverti

Emma Watson indique même : « être tellement sous pression lorsqu’il y a trop de monde qu’elle doit se retenir de prendre la fuite ! »

6 major stars who prefer life as an introvert

La preuve que même timide, il est possible de réussir et de dépasser ses peurs.

Définition d’introverti et timide

Donc la timidité et l’introversion sont bien deux choses différentes. La timidité est une anxiété qui se nourrit de la peur du jugement. L’introversion, le besoin de se retrouver seul dans un environnement calme pour se ressourcer !

Il est possible de mettre ces deux traits en graphique. L’axe horizontal correspondant à la tendance extravertie- introvertie et l’axe verticale anxieux (donc timide) ou stable.

Les caractéristiques sont purement indicatives… Ce sont des tendances. On peut très bien être introverti et enthousiaste ou extraverti et conciliant… 😉

Définition d’introverti et timide

Il existe un parallèle avec la médecine d’Hippocrate qui classe nos tempéraments suivant nos humeurs (fluides).

The Key Differences Between Shyness And Introversion

  • Humeur sanguine (sang) – extraverti stable
  • Humeur colérique (bile jaune) – extraverti impulsif
  • Humeur flegmatique (mucus) – introverti calme
  • Humeur mélancolique (bile noire) – introverti anxieux d’où timide

Il s’agit donc bien de caractéristiques distinctes !

Personnellement, je suis un introverti calme 😉 Donc pas timide.

Pourquoi assimilons-nous donc introverti et timide ?

Parce que leur attitude est proche !

Un introverti stable aura peu tendance à s’exprimer.

Non parce qu’il a peur de parler mais plutôt parce qu’il ne prendra la parole que lorsqu’il aura quelque chose de pertinent à dire.

Il ne racontera pas sa vie juste pour meubler !

Le timide (introverti anxieux) aura peur de parler donc parlera aussi peu que l’introverti… mais pas pour les mêmes raisons.

Le problème est que notre société est forgée pour les extravertis !

Ceux qui parlent le plus seront considérés comme plus sympathiques et compétents que ceux qui parlent peu ou plus lentement !

Il est vrai que l’introversion et la timidité se « chevauchent ».

Une personne timide peut développer son inclinaison pour l’introversion faute de pouvoir assouvir sa nature extravertie initiale, par exemple.

Au contraire, un introverti peut développer une anxiété de contact à la suite d’expériences traumatisantes impliquant un épuisement introverti ou à la suite de brimades !

Les deux critères peuvent être liés mais ce n’est pas obligatoire.

Personnellement, il arrive que l’on confonde mon introversion avec de la timidité. Cela ne me dérange absolument pas !

Ce qui m’embête le plus c’est la tendance qu’à la société à rejeter aussi bien les introvertis que les timides.

Certains peuvent confondre la timidité (et l’introversion) pour de la faiblesse ou de la soumission. Ce qui « justifie » ,à leurs yeux, des comportements inacceptables.

Pourtant il ne suffit que de respecter la nature de ses personnalités et de leur tendre la main pour qu’une relation constructive s’établisse !

Chacun doit trouver sa place et tout le monde a droit au respect.

L’idéal serait que le temps de parole ainsi que l’avis de chacun soient respectés ! Et que les règles de politesse de base soient de vigueur… Arrêtez les interruptions et les changements de sujets intempestifs !

L’injustice des beaux parleurs

Pourquoi la société favorise-t-elle les personnes loquaces au détriment des introvertis et/ou des timides ?

Ce n’est pas parce que l’on parle avec aisance et abondance que nos idées sont plus pertinentes. J’aurai même tendance à dire le contraire…

Une personne introvertie ne prendra la parole que lorsque son raisonnement sera abouti et donc de qualité.

Au contraire, la personne extravertie construira son raisonnement en même temps que son discours et en fonction du feed-back de ses interlocuteurs.

En découle, une opinion changeante et des incohérences… Ce qui est normal vu qu’il s’agit d’une manière de construire un raisonnement qui n’est pas encore figé.

Malheureusement, nous sommes plus jugés à notre occupation du temps de parole et à la qualité de nos phrases qu’au fond de notre discours !

Un peu comme si le fait de parler beaucoup était un signe d’intelligence/ dominance !

D’un point de vue animal je peux comprendre que celui qui fait le plus de bruit soit le dominant 😉

Il est vrai que parfois, je pourrai imaginer certains de mes collègues se taper sur le torse à la manière de gorilles pour attirer l’attention…

Des études très sérieuses abordent ce sujet. Certaines soulignent même cette injustice du temps de parole (et du respect qui va avec) en fonction du genre.

Genre et parole

Interruption and Influence in Discussion Groups

Rethinking Language and Gender Research: Theory and Practice

Les ravages créatifs d’une société trop bruyante

Dans une société civilisée, il faudrait envisager des méthodes d’échange plus propice à la créativité de chacun qu’au niveau sonore !

Un exemple frappant est la mode du « brainstorming »… qui est en réalité une vaste blague !

Des études ont montré que cette pratique était contre-productive et que les idées / avis étaient pilotés par les individus « dominants »…

Why Most Brainstorming Sessions Are Useless

Productivity Loss in Brainstorming Groups: A Meta-Analytic Integration

Même s’il est question de respecter les idées de chacun et le temps de parole (en principe), certains individus vont prendre l’ascendant et orienter le débat.

Une manière de générer des idées beaucoup plus efficaces est de laisser à chacun le temps de les préparer à l’écrit.

Pour ce faire de nombreux outils très efficaces sont disponibles… de la carte mentale à l’écriture « créative » voir accidental genius…

Comment devenir un expert en résolution de problèmes ?

Une fois nos idées couchées sur le papier nous n’avons qu’à les partager et sélectionner celles avec le plus d’intérêt (en utilisant la technique des chapeaux, par exemple).

Conclusions

Bref, je reviens à la thématique de l’article…

  • Non, timide et introverti ne veulent pas dire la même chose.
  • Oui, il est possible de valoriser des personnalités introverties voirtimides si l’on prend la peine de construire une société / des entreprises qui tiennent compte de ces diversités et favorisent des échanges équitables.
  • Oui, les idées des personnes introverties et timides valent aussi bien (si pas mieux) que les idées des « beaux parleurs ».