Maitriser sa communication non verbale

Les personnes introverties ont souvent des difficultés à maitriser leur langage non verbal.

Pourtant cette partie de la communication est critique et peut conduire à des fausses interprétations qui peuvent être préjudiciables.

Attaché plus sur le fond que la forme, j’ai été assez régulièrement victime de biais de communication, lors de défenses orales par exemple. Je connaissais parfaitement le contenu mais n’arrivait pas à le valoriser au mieux.

Certes mon introversion me conduisait à un malaise palpable mais quelques astuces simples de communication non verbale m’auraient surement aidées à l’époque.

Évidemment donner ces « trucs de communication » n’a de sens s’ils ne sont pas associés à une pratique régulière, la communication étant une science de terrain.

Je pense que tout le monde s’accorde sur le fait que la communication dépasse largement nos paroles. Elle englobe l’ensemble des signaux que nous émettons, le visuel (notre apparence, notre attitude…), l’auditif (le timbre de notre voix, le volume…), le kinesthésique (le contact, le mouvement), l’olfactif… bref tous les sens sont mis à contribution.

Il sera toujours intéressant d’adapter sa communication aux canaux de perception préférés de son interlocuteur (voir la PNL, à développer dans un prochain article).

Il sera également intéressant de jouer sur le contexte, le timing… (autre article en perspective).

Bref, la communication est bien plus que les mots que nous prononçons.

Communication non verbal – expressions faciales (Image PIXABAY)

Dans ce post, j’aborde plus précisément le langage corporel (Body langage pour les anglophones 😉).

Très très à la mode et mis à toutes les sauces… mais il n’est pas à négliger et peut faire beaucoup de dégât.  On lit assez régulièrement que le « body langage » constitue 60 à 65% de la communication. Je ne sais absolument pas d’où viennent ces chiffres… et j’ai de sérieux doute sur leur valeur.

Mais bon, le but est de souligner l’importance du langage non verbal donc admettons.

Ce langage passera par nos expressions faciales mais également par notre attitude dans sa globalité.

Il sera important d’interpréter ces signaux dans cette globalité et à la lumière d’un « contexte ».

Concentrons-nous d’abord sur les expressions du visage.

Comment devenir un détecteur de mensonge ?

Il existe de nombreux types de sourire, allant de l’expression de la joie au cynisme… un sourire faux est des plus dévastateur en communication. 

Pour rappel, un vrai sourire mobilise l’ensemble du visage. Un faux sourire ne sera qu’un rictus maladroit.
Un froncement de sourcils pourra marquer la désapprobation mais également la surprise.

Une mimique faciale seule ne dira pas grand-chose. Il faudra toujours la mettre en contexte… La question à se poser est : « Est-ce que le discours tenu est bien en accord avec l’expression faciale ? »

Intuitivement, on le voit / on le ressent. Mais il est intéressant de faire plus attention à ses expressions.

Parfois, il est utile de faire abstraction du langage verbale et de ne se concentrer que sur le non verbal quand on cherche à connaitre la vérité sur un sujet. Regardez quelques videos Youtube d’éventements clés où les protagonistes mentent ouvertement. C’est assez instructif.

Il est beaucoup plus facile de mentir que de feindre une expression faciale. Celles-ci sont nettement plus fiable quand vous souhaitez évaluer le ressenti d’une personne.

Parmi les émotions que l’on peut emmètre via expression faciale on trouve : le bonheur, la tristesse, la colère, la surprise, le dégout, la peur, l’excitation, le désir, le mépris et la confusion.

Le chercheur Paul Ekman a démontré que les expressions faciales (la joie, la colère, la peur, la surprise et la tristesse) sont universelles.

De manière pratique, Il est utile de s’entrainer à identifie ces émotions. Notez les expressions en fonction des émotions. A force, vous deviendrez des experts dans la détection des émotions et globalement vous augmenterez votre coefficient émotionnel.

Encore une fois, il est facile de confondre une émotion avec une autre.

Certaines personnes sont douées pour « travestir » leurs expressions faciales.  Si vous êtes face à un acteur né, n’hésitez pas à le provoquer un peu. Rien de tel qu’un peu de surprise, une information inattendue pour faire ressortir les émotions. La personne saura peut-être contrôler sa réaction globale mais il est impossible de contrôler toutes les expressions de son visage.

Comment inspirer la confiance ?

Les expressions du visage (et plus globalement la forme de celui-ci) sont une des clés pour inspirer la confiance.

On entend régulièrement que regarder votre interlocuteur dans les yeux et avoir un léger sourire sont des signes de convivialité, inspirent la confiance et sont des preuves d’intelligence.

Évidemment, cela dépend de la culture. Pour certain, un regard trop franc sera considéré comme de la grossièreté et un sourire pour de la bêtise.

Mais globalement, dans nos sociétés occidentales, il est bien vu de regarder dans les yeux (sans indisposer…) et de sourire (sans paraitre figé).

Certains avancent même que la forme du visage influe sur la manière dont vous êtes perçus.

Un visage étroit et un nez un peu plus marqué seraient perçus comme des signes d’intelligences. J’avais entendu parler de l’impact de la « beauté » sur le fait d’être perçu comme compétent via effet halo (et l’impact que cela a sur le salaire) mais la forme du visage et du nez… c’est aller un peu loin. D’un autre côté, on ne peut guère influer sur ces points…

Idem pour l’attitude. Une personne souriante sera considérée comme plus intelligente (dans notre société occidentale…). Des expressions de tristesses ou colère auront l’effet inverse.

Ce qui me dérange un peu dans ce type de conseil de communication, c’est qu’ils impliquent un contrôle des expressions du visage. Et sauf si vous êtes des experts… il est impossible de contrôler ses expressions faciales.

Par contre, il est possible de jouer sur son état émotionnel. Donc plutôt que de feindre un sourire ou de l’intérêt … essayez de vous mettre dans un état émotionnel positif via un peu de méditation, de la musique… avant vos rendez-vous ou événement important.

Faire semblant paraitra toujours faux.

Acceptez également que vous n’êtes pas toujours au top et n’hésitez à reporter…

L’importance des yeux dans la communication non verbale

On entend souvent que les yeux sont les fenêtres de l’âme… Jolie tournure…

De manière plus pragmatique, nous pouvons tirer beaucoup d’information des mouvements oculaires.

  • La personne soutient -elle votre regard ?  Si oui, on pourrait croire qu’elle dit la vérité ou qu’elle est intéressée par ce que vous lui dîtes. Sinon, elle ment ou elle est mal à l’aise ou elle est timide…
  • Pupille dilatée ? Vous l’intéressez « physiquement »… ou elle est en colère ou vous êtes dans l’ombre… 😉
  • Beaucoup de clignement d’yeux ? Signe de stress (utile au poker) ou une poussière dans l’œil.

Les mouvement de la bouche en communication non verbale

La bouche est également essentielle dans la communication (même fermée… 😉)

  • Morde sa lèvre supérieure est un signe d’inquiétude.
  • Masquer sa bouche avec ses mains est un signe que vous n’êtes pas d’accord mais que vous ne voulez/ pouvez pas vous exprimer. Ou que vous êtes gênés si vous masquez un sourire.
  • Le sourire évidemment. Et son inverse… qui indique la tristesse, la désapprobation, l’ennui… mais je ne vous apprends rien…

La posture et les gestes

Outre les gestes assez connus (doigt menaçant, signe de paix … ) qui restent assez anecdotiques et limpides (dans leur interprétation, tant que l’on reste dans une culture donnée), il existe des attitudes plus subtiles (car non/ moins contrôlées)qui peuvent plomber votre communication.

  • Croiser les bras ou les jambes est un signe défensif ou d’aversion / gêne.
  • Ouvrir les bras ou prendre plus d’espace indiquera que la personne essaye d’amplifier, de se donner de l’importance.
  • Au contraire, une attitude plus fermée indiquer que la personne n’est pas à son aise et cherche à se soustraire à une situation inconfortable.
  • Les pauses de pouvoir/ autorité tel que les mains placées sur les hanches peuvent être des tentatives d’intimidation et/ou sont des signes d’agressivité.
  • Jouer avec ses mains, les joindre, tapoter sont des signes d’ennui.
  • S’assoir droit est le signe que l’on est appliqué, se pencher que l’on s’ennuie ou que l’on est en train de créer du lien avec une personne.

Bon, ici aussi, contrôler ses gestes et sa posture est très difficile…l’important est de pas adopter de posture extrême (hostilité, pouvoir…), d’être détendu et de faire un minimum preuve d’attention.

La posture et la gestuelle sont également très fortement impacté par l’état émotionnel.  Donc prenez soin de ce que vous pensez avant de vouloir contrôler ce que vous exprimez. Une personne qui aura pris soin d’être dans un état émotionnel positif ne donnera pas l’impression de s’ennuyer…

Autres conseils, soyez sincères. Parfois échanger sur son ressenti est plus constructif que de le masquer.

L’espace personnel

Le dernier point que je souhaite aborder dans cette thématique de la communication non verbale est la notion d’espace personnel. Cette notion a été développée par Edward T.Hall et fait référence à la distance minimale à laisser entre deux individus sans qu’ils se sentent mal à l’aise.  https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-030-33483-3_7

Cette distance est à considérer dans la communication. Non-respectée, elle peut bloquer complètement votre interlocuteur.

  • Moins de 30 cm, distance intime.  Je ne pense pas que cela demande d’explications.
  • Environ 100 cm, distance personnelle. C’est la distance que vous acceptez pour une communication « classique ». Plus la personne vous est intimes, plus vous accepter une proximité.
  • Plus de 300 cm, distance publique. C’est la distance minimum pour réaliser une présentation ou parler à un public.

Cette notion de distance est fonction de la culture. Les cultures latines acceptent une proximité plus importante.

Avis d’un introverti

Vous l’aurez compris, la communication non verbale n’est pas une science exacte. Elle implique de s’adapter continuellement à son interlocuteur d’agir par essai – erreur.

Bien que certaines attitudes / comportement soient « récompensés » en société (sourire, attitude franche…), il est très difficile de maintenir cet état surtout pour un introverti. Pour moi, la seule manière de favoriser ces comportements (jugés positifs) a été d’agir directement sur mon état émotionnel.

Le renforcement de ces comportements positifs passe également par l’entrainement et la mise en situation.

Donc travaillez votre mental et passez à l’action plutôt que de vouloir devenir acteur 😉

D’un point de vue plus scientifique, l’origine (et l’évolution) des expressions faciales et leur interprétation font l’objet d’une discipline scientifique à part entière depuis Darwin en 1872. https://link.springer.com/chapter/10.1007/0-387-27257-7_12

https://books.google.be/books?hl=en&lr=&id=PWfC_jEZeM8C&oi=fnd&pg=PP2&dq=facial+expression&ots=412z7vJYWI&sig=gXoy1wBt_hvmv21bmUorft9Is54&redir_esc=y#v=onepage&q=facial%20expression&f=false

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0031320302000523

Des bases de données 3D de ces expressions faciales sont construites/ en cours de construction.

Les développements récents en traitement d’image, intelligence artificielle… permettront à court terme une analyse en temps réel des émotions…

https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-030-24318-0_70

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s