Comment ne plus se faire avoir en domptant son cerveau ?

Le cerveau est une machine complexe pleine de raccourcis, de réflexes et de biais cognitifs. Notre jugement peut facilement être troublé par des paramètres externes peu pertinents. Avoir une capacité à prendre de bonnes décisions nécessite de pouvoir s’affranchir de ces biais.

Dompter son cerveau pour ne plus se faire avoir !

Les livres du Personal MBA dans cette catégorie décrivent le fonctionnement du cerveau, son évolution… de nombreuses informations intéressantes mais peu utile pour le but recherché.

Ici je me focalise sur les systèmes / modes de fonctionnement utiles à « maitriser ».

Le premier livre lu est Thinking, Fast and Slow de Daniel Kahneman.

Il se concentre principalement sur le système 1 et le système 2 décrit ci-après.

Système 1 / Système 2 : les deux vitesses de pensée

Thinking, Fast and Slow – Daniel Kahneman

Il existe deux modes de pensées:

Système 1

  • Réactif – instinctif – émotionnel
  • Fait plus appel à la mémoire qu’au raisonnement. Il est renforcé par la répétition – situations jugées normales. La mémoire est impactée par les émotions vécues lors de l’expérience.
  • Se laisse berner par les illusions, les biais cognitifs, l’amorçage (le fait de confronter les personnes à une idée pour induire un comportement), l’effet de halo (première impression)
  • Favorable à l’hystérie collective, aux stéréotypes
  • Réponses souvent floues
  • C’est le pilote automatique
  • Pilote les jugements par plausibilité
  • A la base des prédictions intuitives qui ne tient compte ni du taux de probabilité (fréquence de base), ni de la régression vers la moyenne (fait qu’un bon résultat est toujours du, en partie, à de la chance).
  • Sensible au biais narratifs. On cherche une explication à posteriori en excluant le paramètre chance.
  • Surestime les résultats (surtout négatif = aversion à la perte; et rare), ce qui nous pousse au compromis (la tranquilité d’esprit qui est favorable aux assurances)
  • Importance du cadrage émotionnel (façon dont on présente les choses) dans la décision.
  • Fortement sensible à l’humeur

Système 2

  • intelligence rationnel – logique
  • Activé quand le système 1 lorsque la situation se complexifie ou est nouvelle/ anormale
  • demande plus d’énergie / de la concentration
  • Réponses précises
  • Grande consommatrice de glucose
  • Sollicité lorsque les enjeux sont importants
  • Pilote les jugements par probabilité

Bien décider avec les deux systèmes

  • Une bonne prise de décisions sollicite les deux systèmes : la recherche des expériences antérieure et une évaluation statistique des probabilités de réussites.
  • Il faut mettre l’accent sur le positif tout en restant en phase avec la réalité. Une option est l’analyse pré-mortem (analyse des échecs potentiels).
  • Un point important sera de réduire l’incertitude inhérente à toute décision.

Vous l’aurez compris, nos décisions sont bien moins factuelles que nous le pensons et nous sommes très facilement manipulable.

Systeme 1 / systeme 2 Daniel Kahneman

Le second livre lu est Brain Rules de John Medina.

Il se concentre sur des informations plus communes… rassemblées dans ce que l’auteur nomme les 12 lois du cerveau.

Les 12 lois du cerveau

  • Notre cerveau est le fruit de notre évolution
  • Une activation physique régulière est indispensable au bon fonctionnement de notre cerveau (oxygénation et taux de glucose)
  • Le repos est indispensable
  • Le stress est nuisible
  • Chaque personne évolue à son rythme. L’enseignement devrait être adapté à chaque enfant plutôt que standardisé.
  • Le cerveau a besoin d’être stimulé pour rester attentif
  • Le cerveau doit s’imprégner des expériences pour s’en souvenir (importance des émotions)
  • Stimuler ses sens augmentent la mémorisation
  • La vision tient une place de choix. Un message visuel et animé aura plus d’impact.
  • La musique stimule.
  • Le fonctionnement des cerveaux féminins et masculins sont différents.
  • L’exploration de notre monde est indispensable au développement de notre cerveau.

Personnellement, je n’ai pas appris grand chose de la lecture de ce livre.

Les 12 lois du cerveau

Le troisième livre est Making Sense of Behavior de William T. Powers.

Tout est une question de perception et de référentiel

Notre perception est la façon dont notre esprit appréhende le monde extérieur.
Notre cerveau compare les stimulus à ses références internes et sélectionne ce qui lui semble cohérent avec le modèle de pensée. Cette perception dépend de l’environnement.

La perception induit un comportement visant à garder cette cohérence. Nous agissons lorsque la perception nous parait « hors de contrôle ».

« On pourrait tenter un rapprochement avec système 1/ système 2. Lorsque le système 1 est dépassé on enclenche le système 2 (rationnel) à la base d’un comportement plus réfléchi… »

Cette réponse peut avoir lieu à différent niveau via des systèmes de contrôle (cellulaire jusqu’au niveau les plus élevés de notre conscience : valeurs)
Il est possible que les systèmes de contrôle entrent en conflit lorsque les perceptions sont différentes en fonction du niveau de référence.
La théorie du contrôle perceptuel (PCT) : Vous ne pouvez jamais contrôler une autre personne. Vous ne pouvez agir qu’en fonction de leurs perceptions ou négocier un changement dans leurs niveaux de référence.

Nous n’agissons que lorsqu’un changement dans notre environnement met la perception hors de contrôle.

Pas passionant…

Quels sont les moteurs de notre comportement ?

Driven – Paul Lawrence & Nitin Nohria

Les scientifiques ne savent toujours pas exactement comment l’intelligence humaine a évolué pour devenir si complexe, mais il existe plusieurs théories.

Une théorie suggère que cette évolution résulte de l’augmentation de la taille du cerveau (trois fois plus gros que ceux de nos ancêtres les plus proches).

Du fait de ce cerveau plus volumineux nous aurions développé différents systèmes de représentation dans notre mémoire :

  • Le système épisodique : mémoire de base que nous partageons avec les autres animaux.
  • Le système mimétique : apprendre en copiant le comportement des autres. Non maitrisé par la plupart des singes
  • Les systèmes associés aux langages qui nous permettent de partager les connaissances et de les stocker.

Les motivations derrière le comportement humain s’expliquent par la théorie des quatre pulsions

  • le désir d’acquérir
  • le désir de créer des liens
  • le désir d’apprendre
  • le désir de défendre

La volonté d’acquérir

Elle motive la recherche de biens matériels et d’un statut social.

Cette volonté est primitive. Elle est liée aux chances de survie et de transmission des gènes. Les dérives sont nombreuses : sur-alimentation, avarice, rivalité…


Le désir de créer des liens

Ce désir de lien favorise la création de famille, de tribus qui augmente les chances de survie.

Cette création de groupe induit le rejet des individus différents (l’instinct dyadique).

le désir d’apprendre

Le partage de connaissance favorise la productivité et en définitive la survie.

Notre volonté d’apprendre nous permet de prédire les résultats de nos décisions et nous évites de faire deux fois la même erreur.

Notre volonté de défendre


Instinct fondamental qui a évolué avec nous.

Il pourra se traduire dans la défense d’individu (car lié à la création de lien) ou de principe mais également peut dériver dans des guerres.

Ces pulsions déterminent notre comportement.

Les quatre pulsions induisent des émotions qui se déclinent en comportement.

Utilisez les quatre pulsions pour augmenter sa productivité
Favorisez :

  • Le travail en équipe et l’esprit de groupe (lien social et volonté de défendre le groupe)
  • Apprentissage et la créativité

Dans la conception de produit, vous pouvez également tirer parti de ces mécanismes.

« Driven » nous donne les 4 forces motrices du comportement humain. Assez utile dans de nombreux domaines dont le marketing. Je pense qu’il existe cependant des livres plus poussés/ utiles dans ce domaine (neuromarketing)… à creuser.

Le dernier livre aborde nos réactions lorsque nous sommes en mode survie.

Complémentaire de trois livres précedents, il apporte une vision de notre mode de fonctionnement dans l’urgence. Pour moi, dans ces cas particuliers, le système 1est activé préférentiellement. Nos fonctions analytiques sont mises en pause. Le jeu sera de reprendre le contrôle et de passer en système 2.

Driven – Paul Lawrence & Nitin Nohria

Pourquoi certaines personnes survivent et d’autres périssent dans la même situation ?

C’est la question abordée dans Deep Survival de Laurence Gonzales.

Pourquoi certaines personnes survivent et d’autres périssent dans la même situation ? – Deep Survival de Laurence Gonzales

« Seulement 10 à 20% des gens peuvent garder leur calme et penser au milieu d’une urgence de survie. Ce sont eux qui peuvent percevoir clairement leur situation ; ils peuvent planifier et prendre des mesures correctives, qui sont tous des éléments clés de la survie. »

  • Acceptez le danger
  • Maitrisez les risques.
  • Faites confiance à ses mémoires (physique), son entrainement et son expérience.
  • Maitrisez votre respiration
  • Ayez un but
  • Soyez prêt à affronter la situation.
  • Ayez toujours une position de repli.
  • Mémorisez le chemin parcouru.
  • N’abandonnez jamais et gardez le moral.

Faire face au syndrome du survivant. Acceptez d’avoir survécu et d’autres non.

Le fait de survivre affecte la perception du risque

Nous serons tous confronté à des accidents bien que la probabilité qu’ils soient mineurs est forte.


Avis d’un introverti

Ce que je retiens de la lecture de ces quatres livres :

  • Notre cerveau est facilement berné, surtout en situation de stress/ d’urgence.
  • Nos décisions reposent sur deux modes de fonctionnement (instinctif / analytique). Il est indispensable de les concilier pour prendre de bonnes décisions.
  • Il existe 4 pulsions de base qui motivent notre comportement (acquérir, créer du lien, défendre et apprendre)

Petit supplément (essai de video Videoscribe)

Décider vite et bien de Matthias Nöllke

Décider vite et bien de Matthias Nöllke

3 commentaires sur « Comment ne plus se faire avoir en domptant son cerveau ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s